2018 : La question des films jeune public dits "difficiles"

Aujourd’hui les salles de cinéma et autres lieux de diffusion ont un rôle fondamental : celui de donner aux jeunes spectateurs des outils d’analyse indispensables à l’acquisition d’un regard critique. En proposant des films exigeants, parfois considérés comme « difficiles » de par les thématiques abordées, les prescripteurs (programmateurs, enseignants, …) peuvent être confrontés à des difficultés pour accompagner ces œuvres, pourtant essentielles dans la construction et l’émancipation des jeunes générations.

Pour faire avancer la réflexion et avant de partager une séance in vivo avec une classe de collégiens, Claudine Le Pallec Marand s’est appuyée sur des exemples récents de films jeune public ainsi que des films inscrits dans les dispositifs d’éducation à l’image, parmi lesquels :

Demain et tous les autres jours (Noémie Lvovsky / Fiction / France / 2017)
I’m not a Witch (Rungano Nyoni / Fiction / Royaume-Uni, France, Zambie / 2017)
La Barbe à papa / Paper Moon (Peter Bogdanovich / Fiction / Etats-Unis / 1973)
Ma vie de courgette (Claude Barras / Animation / France / 2015)
Tomboy (Céline Sciamma / Fiction / France / 2011)

Déroulé de la journée de formation

Formation à destination des programmateurs
Mardi 29 mai 2018 – 3 Cinés Robespierre, Vitry-sur-Seine

Intervention de Claudine Le Pallec Marand : Qu’est-ce qu’un film « difficile » ?
Est-ce une œuvre qui effraie du fait des ombres de son scénario (par exemple, les évocations de la mort, de la maladie mentale…), de l’audace de sa forme (d’inspiration documentaire ou expérimentale) ou de l’actualité de son sujet (le racisme, l’homophobie, la misère économique…) ? Comment mieux comprendre les sentiments qui submergent les spectateurs en faisant appel aux outils propres au cinéma ?

Séance in vivo : Comment mener un débat autour d’un sujet sensible avec des (pré)adolescents ?
Projection du film I’m not a Witch de Rungano Nyoni partagée avec des collégiens de Vitry-sur-Seine. La séance sera suivie d’un débat avec la classe mené par Claudine Le Pallec Marrand puis d’un retour sur ces échanges.

L’intervenante

Claudine Le Pallec Marand est une universitaire, chargée de cours en esthétique et en histoire du cinéma (Paris 8 Saint-Denis) et en atelier pratique d’écriture (Paris 3 Sorbonne Nouvelle). Elle est également programmatrice de cinéma, formatrice pour les enseignements des dispositifs nationaux de cinéma (École et cinéma, Collège au cinéma et Lycéens et Apprentis au cinéma) et animatrice de ciné-club (93 : Aubervilliers, La Courneuve – 94 : Kremlin-Bicêtre, Vitry-sur-Seine – 95 : Les Ulis). Dans le cadre du Festival Ciné Junior, elle accompagne chaque année une classe jury dans son parcours de découverte des longs métrages en compétition.

]
Top